Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 06:28

7 novembre 2013,

Bonjour,

J’ai eu vraiment de la chance d’avoir auprès de moi des charmantes voisines à la Planquette au Argelas à la Garde le 25 juillet 2013, car sans leurs réactions es bien j’allais rejoindre mes ancêtres, elle môns amené en voiture au urgence à l’hôpital Sainte-Musse à Toulon, j’avais fait un Œdème aigu du poumon et une Thrombose veineuse suite de ma transplantation du foie en 2010.

Se-ci ma beaucoup fatigué et comme j’ai failli partir de cette planète alors je me suis décidé à faire une troisièmes grève de la faim à Paris et oui à Paris 14 avenue Duquesne dans le 7éme devant le ministère de la Santé le 16 septembre et la pour avoir des informations suite à ma deuxièmes grève de la faim « celle-ci sera surement la dernière car je ne partirais pas de Paris sans avoir été reconnu comme VICTIME ».

C’est pourquoi je viens vers vous pour que vous venais me soutenir dans cette pénible affaire de la contamination transfusionnelle avant 1990, j’ai besoin de vous car à Paris comme soutiens j’aurais mes amis(e) que je connais depuis 42 ans Marie Christine qui ma connu quand je travaillais à Paris comme cuisinier à la maison de l’Amérique Latine dans le 7émé boulevard Saint Germain son ami Frédérique et sa fille Isabelle avec son ami Stéphane.

Si parmi vos connaissances vous connaissais des média alors donné leur rendais vous devant le ministère de la Santé à partir du 16 novembre 2013 ou passé un coup de téléphone au 3216 Jean-Claude BOURDIN que vous connaissais tous.

Je compte sur vous et je vous dis à bientôt.

Christian Gaudry.

Ps : vous pouvais vous rendre sur la pétition publique 1 clic

Droit et justice 1 clic

Recherche, et la signature de cette pétition. Merci

N° de téléphone : 04.89.66.90.63-

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 13:37

Le 8 août 2013,

Bonjour,

Enfin je vous donne de mes nouvelles car depuis ma deuxièmes grèves de la faim il y a eu beaucoup de choses à voir, je vous parlerais de Monsieur Joël CANAPA Conseiller Régional délégué aux Sports, Vice-président de la commission de formation professionnelle et de l’apprentissage, Conseiller Municipal de la Garde, Conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azure 27 place Jules Guesde 13481 Marseille cedex 20.

Le 27 mai 2013 je commence ma deuxième grève de la faim, je mange qu’un potage et un yaourt distribué par les personnes du Samu Social de Toulon à 20h45, se-ci a commencé à être pénible à la faim de la semaine. Comme je l’avais annoncé la deuxièmes semaine arrive et j’ai commencé de mettre faim à mes cachés, pour se qui connaisse voici les noms (amlor, inexium, flecaine, préviscan, lasilix, aldactone.)

Le mercredi 5 juin 2013 dans la matinée je vois une jeune femme s’approcher de la table ou il y a des informations de prévention sur le VIH et VHC, la jeune femme se présente et me dit qu’elle ait la secrétaire de Monsieur CANAPA et qu’elle l’a informé par téléphone de ma grève de la faim et que j’avais commencé d’arrêter de prendre mes cachés, de la, Monsieur CANAPA va me téléphoner de la FINLANDE ou il se trouve actuellement pour raison politique. Dans le début de l’après-midi il ma donc téléphoné pour me dire qu’il ne fallait pas que je fasse la bêtise d’arrêter de prendre mes cachés antirejet le (prograf) et rentrant en France le lundi 10 juin que sa secrétaire avais organisé une conférence de presse devant le palais de justice de Toulon avec les Avocats.

Monsieur Joël CANAPA suis mon combat en tant que Victime transfusionnelle depuis de nombreuse années et vraiment sa présence ma beaucoup touché, c’est la seule personne politique de la région de Toulon qui c’est permis de me rendre visite et enfin prendre mon dossier et un rendais vous avec la Ministre de la Santé et des Affaires Sociales Madame Marisol TOURAINE.

Pour se qui ai des députés UMP, j’ai la colère car je pensée faire partir de leur famille « comme il le dise si bien » et pourtant il connaisse mon combat depuis 2004, aucune visite pour me soutenir même pas un message de soutien, pourtant Madame la député LEVY c’étais déplacé pour des rômes ?...à croire que c’est personnes en situations irrégulières sur le territoire Français son plus important que de vrais Français empoisonnais et pourtant ils sont aussi responsable du Génocide transfusionnelles et devenu Hépatite C en 1989. Pourtant Monsieur COPE n’a pas hésité de m’envoyer un Mail pour que j’envoie de l’argent suite à la difficulté que vous savais, qu’il aille se faire foute.

Dans l’attente je ferais un nouveaux passage sur le blog car je commence à fatigué, surtout que je viens de passer quinze jours à l’hôpital de St Musse à TOULON pour un odème aigu du poumon et une thrombose veineuse. A bientôt CH. Gaudry.

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 11:22

1er juillet 2013,

Bonjour,

Encore merci pour le soutien suite à ma grève de la faim, vraiment merci et ceci me va droit au cœur. Deux semaine, deux semaine à me trouvais devant le palais de justice de Toulon, Deux semaine à attendre le soir pour pouvoir manger un bol de soupe et un yaourt, deux semaine à me trouvais devant ma toile de tente pour voir si les choses vont bouger, je tenais à dire merci aux personnes du Samu Social qui tous les jours avec un courage exemplaire donne de leurs temps pour les personnes sans abri.

Je vous avais mis sur le blog que se serais ma dernière grève de la faim et que j’irais jusqu’à la limite du non retour, la première semaine les avocats ont pris l’affaire en main, ils ont fait venir la presse et la télé FR3 Régional, l’information était passé, je tenais à remercier Maître Philippe CAMPS, Maître Laurie FRANCHITTO et son marie lui-même avocat et Maître Philippe FITZGERALD tous du Barreau de Toulon, ainsi que Madame Marie-Do MARFING du Service Départemental, R.G.

Par contre pas de nouvelle du Préfet malgré l’engagement qu’il avait donné sur VAR-MATIN du 26 janvier 2013, qu’il en parlerait en plus haut lieu, qu’il s’engagé à faire un rapport pour attirer l’attention du ministère de la Santé, je lui avais demander une audience pour être reçu avec mon avocat, pas de réponse, je pense qu’il avais mieux à faire que de s’occuper d’une personne de 69 ans FRANCAISE et surtout d’un Gueux contaminé suite à des transfusion par des erreurs du passés. « Sur ses parole venant d’un Préfet cela avais suffi de cesser la première grève de la faim. » et je me suis trompé… !. Pourtant Monsieur le Préfet m’avais indiqué qu’il serait toujours à mon écoute… !

Puis il y a la Député LEVY U.M.P. Pas un coup de téléphone, pas une visite, il est vrai que pour se rendre à la visite des sans papier ou pour les rômes la médiatisation est la, c’est beaucoup plus important qu’un Français, d’où il a reçut un virus de mort inoculé suite à des transfusions et des erreurs du gouvernement de gauche comme de droite, pourtant Madame la député LEVY me suivais dans mon combat depuis 1996.

La deuxièmes semaine arrive, j’ai commencé d’arrêter de prendre mes cachés, aux milieux de la semaine je commence à ressentir quelque douleurs et je me sans fatigué, puis arrive le vendredi, comme je l’avais dit je commencerais à arrêter mes cachés antirejet samedi matin.

En fin de la matinée, une jeune femme vient vair moi et se présente comme la secrétaire de Joël CANAPA conseillé régional de la Garde pour me dire que Monsieur CANAPA se trouve en FINLENDE et va me téléphoner pour me demander de continuer à prendre mes cachés antirejet et que le lundi 10 juin il organisera une conférence de presse. Monsieur CANAPA a tenu parole, c’est la première fois qu’un élu viens vair mois, et je peu dire aujourd’hui que j’ai eu de la chance, car je sais que sans son intervention et aussi celle de maître CAMPS JE NE SERAIS PU DE SE MONDE. Monsieur CANAPA Conseiller régional s’est rapproché du cabinet de Marisol Touraine, ministre de la Santé pour y avoir un rendais vous. Encore merci pour cette personne qui de son geste mérite beaucoup de remerciement et encore une fois il est le seule je dis bien le seule à être venu à ma rencontre, honte à ses député du département du Var qui ne pense qu’à se faire voire à un apéritif, à venir vers vous pour se faire réélire car ils veulent garder leurre avantage, mais comme je l’ai déjà dit un Français en détresse ne l’ai intéresse pas.

Depuis je remonte la pente, car vraiment j’ai été très fatigué et j’avais perdu deux kilos, maintenant j’attends le mois de septembre, s’il y a rien de positive es bien je referais une troisième grève de la faim et la affaire à suivre…

Mon nouveau numéro de téléphone fixe : 04.89.66.90.63.

A bientôt : Monsieur Christian GAUDRY.

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 15:14

 

Fréjus/St RaphaëlGapeauHyèresSaint-TropezLa Seyne-sur-MerToulon

Toulon Des victimes varoises de l'hépatite C menacent d'entamer une grève de la faim

Publié le mercredi 29 avril 2009 à 01h00 Autour de Christian Gaudry (à droite), les victimes de la contamination s'organisent pour obtenir gain de cause.Olivier Pastor

Malade, transfusé en 1967, porteur d'une hépatite C par contamination et aujourd'hui atteint d'un cancer du foie, Christian Gaudry manque d'énergie mais pas de courage. Un combat vieux de plus de trente ans rattache cet habitant de La Garde à la vie : celui de toutes les victimes dont il porte, malgré lui, le drapeau.

Comme lui contaminées à la suite d'une transfusion sanguine, les victimes continuent de se battre devant les tribunaux pour obtenir une reconnaissance et une indemnisation. Le temps leur est compté car leur état s'aggrave de jour en jour. Certains, comme Christian Gaudry, développent des cancers du foie ou cirrhose, dont l'issue est inéluctable.

« Toujours le doute sur notre maladie...»

Ils sont ainsi quelques dizaines de milliers, en France, à attendre une hypothétique reconnaissance de leur préjudice. Un temps qu'ils utilisent pour se battre, réunir leurs forces qui, de jour en jour, s'amenuisent. Car, outre les ennuis administratifs (plaintes, recours en justice, etc.) leur santé est affectée, les conditions sociales des malades se dégradent : beaucoup ont perdu leur emploi et vivent dans la précarité la plus totale.

« Pourquoi renoncer ? », se dit Christian Gaudry, qui a décidé de donner une nouvelle impulsion à son association. L'AMH (Association des malades d'hépatites) reprend donc du service pour défendre toutes les victimes de ce scandale, souvent passé sous silence.

Aussi, Michel Airale, Fernande Ainardi, Jean-Louis Goutard partent en campagne aux côtés de leur président Christian Gaudry, à la veille de son hospitalisation.

« On a beaucoup parlé du sang contaminé pour le sida, mais l'hépatite C est passée sous silence. En fait, c'est exactement la même chose, même pire : les malades sont condamnés », disent-ils en choeur.

La mobilisation autour de l'association est donc leur premier objectif. Le second, c'est la vigilance : toutes les procédures, transmises à l'organisme national d'indemnisation des services médicaux (ONIAM), sont aujourd'hui devant le tribunal administratif. Philippe Camps, avocat de l'association, exerce une veille des dossiers. Troisième objectif : faire parler d'eux.

« Nous sommes devant des petits juges. Il y a toujours le doute sur notre maladie, alors que nous en subissons les conséquences depuis des années. Des personnes étaient au courant : elles nous ont mis la mort », confie, révolté, Christian Gaudry.

« Je ne peux plus m'en sortir »

L'association dénonce la disparition de dossiers médicaux et les textes de loi (1). Sans oublier les incohérences des gouvernements successifs depuis les années quatre-vingt-dix, pour prendre en compte cette « hépatite non A, et non B » devenue, selon les malades, « un fardeau pour les pouvoirs publics, alors que c'est un problème... de santé publique ! »

Si aujourd'hui les tentatives de créer un fonds d'indemnisation pour les malades contaminés par l'hépatite C ont été vaines, des espoirs se font jour grâce à l'aboutissement de certains dossiers. Le conseil d'Etat s'était même prononcé en faveur de cette reconnaissance. La cour d'appel d'Aix et celle de Montpellier ont reconnu successivement le préjudice et accordé une indemnisation de plusieurs centaines de milliers d'euros, comme ce fut le cas en 1998, pour un jeune accidenté de la route. Ces victoires restent cependant individuelles : des milliers de cas restent encore irrésolus, et cette attente est devenue insupportable aux victimes.

« L'argent en soi, n'est pas un but, précise Fernande Mainardi. Mais il nous faut une indemnité pour vivre décemment. En ce qui me concerne, j'ai perdu mon emploi et je vis avec moins de 800 euros par mois. Je ne peux plus m'en sortir ».

Se faire entendre certes, mais surtout obtenir des résultats : l'objectif des victimes de la contamination réside dans ce mot. Avec les adhérents de l'association, Christian Gaudry n'exclut pas d'entamer une grève de la faim dans les prochains jours : « Je ne m'arrêterai pas. Je me battrai jusqu'au bout », assure-t-il. Ballottés entre la preuve (de la maladie) et sa prise en charge, les victimes semblent arrivés à un point de non-retour, pour un combat, qui a déjà duré trop longtemps !

gkosondray @nicematin.fr

1. Votée en mars 2002, la loi Kouchner est relative aux droits des malades et à l'accès au dossier médical.

Savoir +

Pour contacter l'association AMH, téléphoner au 04.89.79.65.57 ou par mail : gaudry.christian @club-internet.fr

Thématiques
Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 15:11

 

Toulon ›

Grève de la faim devant le palais de justice

Publié le mardi 22 janvier 2013 à 13h12

Malade de l’hépatite C depuis une transfusion en 1968, Christian Gaudry, 69 ans, n’a jamais reçu d’indemnisation, son dossier médical ayant été détruit. Depuis mardi matin, il a mis sa menace à exécution en cessant de s’alimenter et prévoit de rester jour et nuit devant le palais de justice.

Il attend la réouverture de son dossier ou, à défaut, une prise de position des élus pour réformer la loi sur l’aléa thérapeutique qui exclut les victimes d’hépatite C contaminées avant la promulgation de la loi en 2002. La police a prévu de le visiter régulièrement. Christian Gaudry espère que les malades qu’il a aidés par le biais de l’association ADVTS, lui témoigneront leur solidarité.

Thématiques
Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 15:07

 

Christian Gaudry, gréviste de la faim, reçu par le préfet à Toulon

Publié le samedi 26 janvier 2013 à 14h10 Le préfet a reçu Christian Gaudry, gréviste d - 19875716.jpgChristian Gaudry a été reçu, hier, par le préfet. Celui-ci s'est engagé à attirer l'attention du ministère de la Santé sur son cas et, par extension, sur les malades d'hépatite C contractée par transfusion.P. Blanchard

Après trois jours et trois nuits passées sous une tente, devant le palais de Justice, ce malade de l'hépatite C accepte d'interrompre temporairement sa grève de la faim.

Depuis mardi matin, Christian Gaudry interpelle l'opinion publique après avoir installé un campement de fortune devant le palais de justice (vidéo).

Trois jours sans manger supposaient forcément des séquelles pour cet homme de 69 ans, transplanté du foie et victime d'une hépatite C depuis une transfusion de sang et plasma en 1967.

C'est justement pour faire valoir son statut de victime et son droit à l'indemnisation que Christian Gaudry a eu recours à une grève de la faim, un expédient radical. « J'ai vraiment souffert pendant trois jours. Il faut que je me remette à manger progressivement, parce que plus rien ne passe…», avouait-il hier après-midi.

Sa situation a évolué depuis que le préfet du Var, Laurent Cayrel, a accepté de rencontrer M. Gaudry à sa demande. Voici les avancées des dernières 24 heures : le préfet demande à l'Agence régionale de santé de prendre contact avec le médecin traitant de M. Gaudry. Objectif : faciliter l'admission du patient en milieu hospitalier pour des soins ophtalmologiques, auditifs et dentaires de première nécessité. M. Gaudry précise : « Je souhaiterais tellement participer moi-même à ces frais en touchant une indemnisation à laquelle je pense avoir droit.»

« Je veux bien attendre un mois »

Ancien président de l'Association des victimes de la transfusion sanguine (AVTS), Christian Gaudry a aidé nombre de personnes contaminées à être reconnues victimes aux yeux de la justice. La dernière s'est manifestée hier encore : « Après sept ans de procédure, l'une de nos anciennes adhérentes a obtenu satisfaction auprès d'une juridiction à Nice. Il est inconcevable qu'il y ait deux poids mesures pour des personnes dans la même situation médicale, peste M. Gaudry. Le préfet m'a certifié qu'il en parlerait en plus haut lieu.»

Le représentant de l'État dans le Var s'est engagé à faire un rapport pour attirer l'attention du ministère de la Santé sur le cas de Christian Gaudry. Cela a suffi à lui faire cesser sa grève de la faim, temporairement.

Christian Gaudry prévient : « Je veux bien attendre un mois pour que les démarches administratives se mettent en route. Mais si rien n'évolue fin février, je referai une grève de la faim, sans plus jamais sortir de ma tente. Et tant pis si j'en meure, il faut que les choses bougent.»

Plus qu'une nouvelle loi sur l'aléa thérapeutique, Christian Gaudry veut croire en un amendement qui s'appliquerait aux victimes de l'hépatite C contractée par transfusion avant les années 2000. Christian Gaudry remercie toutes les personnes qui lui ont témoigné de l'affection durant ses 72 heures passées dans le froid, sur les marches du palais de justice.

 

Thématiques
Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 14:55

 

Nouvelle grève de la faim devant le palais de justice de Toulon

Publié le mardi 28 mai 2013 à 11h52  - 2  Photo S. M.
 
0

Depuis ce lundi, Christian Gaudry, 69 ans, est installé sur le parvis du palais de justice, avec une tente pour abri et des panneaux manuscrits qui rappellent sa situation : porteur du virus de l'hépatite C après une transfusion en 1967, transplanté du foie en 2010, il reste en quête d'une reconnaissance officielle de sa qualité de victime thérapeutique.

À plusieurs reprises, la justice lui a refusé ce statut et l'indemnisation qui l'accompagne, au prétexte qu'il ne peut produire son dossier médical. Celui-ci avait été détruit un an seulement après sa transfusion, comme l'a reconnu l'hôpital parisien dans lequel l'intervention a été pratiquée.

En janvier 2013, Christian Gaudry avait interrompu une première de grève de la faim après trois jours, ayant reçu l'assurance que son dossier serait évoqué en haut lieu, auprès du ministère des Affaires sociales et de la Santé.

Le 7 février, le préfet du Var demandait à Geneviève Levy, député qui a relayé la situation de M. Gaudry, « de prendre attache pour confirmer l'intérêt porté par tous à la situation difficile vécue par cette personne fragilisée.»

Sans réponse du ministère, M. Gaudry est résolu à accélérer le calendrier : il prévoit une grève de la faim stricte cette semaine, puis l'arrêt progressif de son traitement médical à compter de lundi prochain : « J'arrêterai de prendre mes médicaments antirejet. Sans eux, je sais que je ne survivrai pas quatre jours», avertit-il, excédé que son dossier ne soit pas rouvert.

Christian Gaudry souhaite imposer une rencontre entre son avocat, le préfet et le procureur de la République « pour comprendre ce qui n'a pas fonctionné dans mes requêtes, pourquoi la justice ne s'est jamais intéressée en détail à ma transfusion, ni pris en compte l'avis médical qui démontre que mon hémorragie avait obligatoirement nécessité une transfusion.»

Christian Gaudry est d'autant plus désemparé qu'il a présidé l'Association des victimes de la transfusion sanguine (AVTS), qui a aidé nombre de personnes contaminées à être reconnues victimes aux yeux de la justice. « J'en ai assez de vivre dans la précarité pour une raison dont je ne suis pas responsable. Au contraire du Médiator, j'ai l'impression que l'hépatite C n'intéresse personne. Faut-il que je me mette un fusil sous la gorge ou que je monte au sommet d'une grue pour me faire entendre ?»

Thématiques
Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 15:54

 

 

2 juin 2013,

 

Bonjour,

 

Depuis lundi  1er juin je refais une grève de la faim, car avec l’information que j’ai, je ne peux accepter de ne pas avoir étais reconnu comme Victime, les Avocats me disent que c’est la faute de la cour  administrative car c’est avocats sont des individus de l’état, de l’administration et qui ne connaisse rien sur les procédures  enfin se qui veut dire  des mois que rien…

Que si mon dossier serais passé par la cour civil se ci ne se serais pas passé comme sa.

Alors voila, le mardi 3 juin, je commencerais à jeter mes cachés et arrivais à la fin de la semaine es bien je vais arrêter de prendre mes cachés antirejet.

 Vous pourrais suivre se si par la presse VAR-MATIN ou F.R.3 Toulon et je me trouve devant le palais de Justice de Toulon, il est vraiment dommage que je ne sois pas soutenu par les Victimes Contaminées suite à des Transfusions. Donc je finirais seule.

Adieu et je ne regrette rien.

Christian GAUDRY.

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 11:52

 

 

La Garde le 16 mai 2013,

 

 

Madame,

 

Le 3 octobre  2007 vous avais été présente à une audience de Monsieur Christian GAUDRY contaminé suite à une hémorragie digestive en 1967 et transfusé.

En 1992 j’ai été diagnostiqué que j’étais porteur du virus de l’hépatite C, j’ai fait des recherches pour retrouvais des informations de mon dossier médical « rien, aucune trace, malgré  l’article de loi sur le dossier médical qui dit sur le CADRE DE CLASSEMENT ET TABLEAU DES DELAIS DE CONSERVATION (Spécimens – lorsqu’on élimine des articles qui ont atteints l’âge de la destruction « voir élimination » on en conserve généralement quelques exemplaires à titre de Spécimens. Toute élimination de documents médicaux EXIGE L’ACCORD CONJOINT DU MEDECIN-CHEF ET DU DIRECTEUR DE L’ETABLISSEMENT. UN PROCES- VERBAL DE DESTRUCTION SERA ETABLI POUR  CHAQUE OPERATION D’ELIMINATION.

Premier point : pourquoi n’avais vous pas fait les recherches du bordereau de destruction du dossier médical.

 Deuxièmes point : suite du rapport de l’Expert Monsieur le Docteur JANOT qui dit : que l’opération de l’hémorragie digestive « imposait une transfusion de sang, seul point d’appel à une éventuelle contamination.

  Pourquoi vous n’avais pas pris en compte les attestations de ma mère de mon frère et sœur et de mes Ami(es) demandaient par la Justice qui m’ont vu à l’hôpital  Laennec avec des transfusions.

Troisièmes point : Les juges comme vous et hontes à vous sont toujours restés sur la version que mon dossier médical a été détruit vingt ans après, c'est-à-dire en 1988 ALORS QU’il A ETE DETRUIT EN 1968, GROSSE ERREURE DE VÔTRE PART, VOIR LA LETTRE DE L’HÔPITAL GEORGES POMPIDOU. Madame CARTAL AVEC Monsieur DEMOUVEAU ET Monsieur BOULANGER je tenais à vous dire que le premier avril 1967 j’ai biens eu une « une hémorragie de l’estomac et je me suis réveillé à l’hôpital avec au bras une poche de sang et du sérum, encore maintenant je m’en souviens et vous ne pourrais pas m’enlever de cette pensée que j’ai failli mourir. C’est pour cette raison sur mon honneur (mais vous et tous les juges savais VOUS se que VEUX DIRE  LE MOT HONNEUR et ses vous qui aurais du être sur le mur des CONS.)  Je me bâterais jusqu'au’ bout même me donner la mort comme je l’ai déjà dit en arrêtant de prendre mes cachés anti rejets, quand je vais refaire la deuxièmes grève de la faim «  et jamais  j’aurais du m’arrêtais), mais j’ai voulu être poli et courtois envers les personnes qui monts soutenus et Monsieur le Préfet de Toulon. Depuis le mois de mars j’attends de Paris du Ministère de la Justice et de la Santé une information pour m’informer que ma demande a été prise en considération, mais il est vrai que des socialistes je n’en attends pas grand choses car c’est eux les ASSASINS ? LE GENOCIDE des VICTIMES avant 1998 que l’on appelé les NON A NON B et HEPATITE C EN 1999.

Et je me permets de vous dire Madame CARTAL écouté sur internet du 3 mai 2010 (lemegalondon.net). Entretien avec Claude EVIN vous savais qui c’étais, le ministre de la Santé socialiste, qui dit, j’ai été confronté en 1989-90. A l’époque on n’était dans l’impossibilité de retrouver les personnes qui avaient fait l’objet d’une transfusion sanguine, oui, qui pouvaient avoir  un dossier médical. Le dossier médical par exemple à l’époque même s’il était inscrit qu’il était obligatoire, les établissements de santé, les hôpitaux n’avaient pas organisé la traçabilité des DOSSIERS MEDICAUX. Et vous avais aussi ma réponse du 11 février 2011 ou je disais sur cette même radio l’état nous a laissés tomber depuis longtemps... à écouter.

Suivant comment sa va se passer devant le palais de Justice de Toulon, le 27 mai 2013- la première semaine j’attendrais et je serais à l’écoute des informations pour savoir si Paris réagira après et bien je commencerais à jeter mes cachés et je finirais par mes cachés anti rejets.

Vous savais pour ceux qui me connaisse réagirons après mon décès et j’espère que suite à se geste l’information sera à l’honneur des Victimes contaminées suite à des transfusions.

 

Christian GAUDRY.

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 05:59

 

Dimanche 31 mars 2013,

 

Monsieur le Préfet du Var.

 

Deux mois son passé depuis ma grève de la faim, deux mois sans un courrier du Ministère de la Santé à Paris, je sais très bien qu’il ne faut pas être pressé comme vous me l’avais annoncé le jour de nôtre entretien, deux mois à me poser des questions pour être reconnu comme Victime, deux mois que j’attends pour savoir si mon dossier va être étudié suite à de grosses erreurs par les Présidents «Honte à Madame Simone ; Honte au premier Conseiller M° Dayant ; Honte à M° Roussel  conseiller.

Honte à ses personnes, comme Ms TSOUDEROS, de l’assistance publique de Paris qui conclut au rejet de la requête, Honte au Président CARTAL Président, Honte à M° BOULANGER, rapporteur, Honte à M° JARRIGE, Commissaire du Gouvernement suite à la requête du Tribunal Administratif de Paris.

Quand ces personnes se permettent d’annoncer sur les conclusions que mon dossier médical n’a pas été conservé par l’hôpital Laennec, alors qu’ils auraient du lire le courrier du 18 novembre 2003 envoyé par l’Hôpital EUROPEEN GEORGES POMPIDOU à Paris que mon dossier médical a été détruit en 1968 c’est à dire un an après de ma sortie de l’hôpital Laennec, alors qu’il aurait du être gardé vingt an peut être que j’aurais  retrouvais des éléments de mon dossier médical.

Monsieur le Préfet vous avais connaissance qu’il existe une loi sur la destruction des archives des établissements hospitaliers qui dit «  toute élimination de documents médicaux exige l’accord conjoint du médecin-chef et du directeur de l’établissement. Un procès-verbal de destruction sera établi pour chaque opération d’élimination. A plusieurs reprises mon Avocat Maître CAMPS du barreau de Toulon à demandé le bordereau d’élimination du dossier médical, jamais il lui a été envoyé.

Quand ces personnes se permettent d’annoncer sur les conclusions qu’il n’est pas établi que j’ai reçu en 1967 des transfusions de produits sanguin labiles ou une injection de médicaments dérivés de sang son des menteurs, l’expert assigné par devant les tribunaux explique dans son rapport « que les hémorragies digestive que j’ai pu avoir en 1967 a nésé- cité obligatoirement des transfusions. alors que j’avais dans mon dossier des attestations sur l’honneur de ma familles et des amis(e) qui m’avais vu à l’hôpital Laennec dans la salle DAMAS suivi à l’époque par le docteur BERTHELOT transfusé, et que c’est attestations demandé par la Justice  n’ont même pas étais entendu, bien au contraire «  ils ont rejeté ses informations ». Que par la suite je ne suis pas fondé à me prévaloir des dispositions de l’article 102 de la loi du 4 mars 2002, quelle honte vis-à-vis de ses personnages qui donne un jugement complètement faut mais n’oubli pas d’annoncer en parlant de l’hôpital Laennec « en ne conservant pas mon dossier médical au-delà d’une durée de vingt ans, que cette circonstance ne présente pas de lieu de causalité directe avec préjudice résultant de ma contamination

(Qu’il en résulte que la requête doit être rejetée.)

Ceci je ne peux l’accepter, pendant quatorze ans je ne pouvais pas m’exprimer car je me trouvais dans l’attente d’une reconnaissance de la part de la justice Française, de 1999 à 2013 malgré mes traitements très lourd, le cancer et la transplantation comme vous le savais je me suis appliqué  pour aider des Victimes contaminées suite à des transfusions.

Vous savais Monsieur le Préfet, jamais je dis bien jamais je ne pourrais accepter sur mon honneur que certaine personne se permette de me dire que je n’ai jamais étais transfusé malgré les informations que j’ai pu donner à la Justice. « Pour ma part je me prépare à refaire la grève de la faim devant le palais de Justice de Toulon comme je l’ai déjà dit sans plus jamais sortir de ma toile de tente et tant pis si j’en meure, car comme je l’ai annoncé dernièrement, j’arrêterais de prendre mes caché antirejet, vous savais Monsieur le Préfet je ne dit pas cela pour me faire plaindre, « il faut que les choses bouges. »

 

Suite de nôtre entretien, j’ai vraiment été surpris d’avoir été à l’écoute de ma demande et je tenais encore à vous dire comment j’ai été sensible de la gentillesse de la police, de Madame Marie-Jo MARFAING des R G- et du Docteur Beatrice PASQUET de l’agence régionale de Santé. J’ai vraiment étais touché.

Monsieur le Préfet je tenais à vous remercier suite de vôtre intervention auprès de l’Agence régionale de santé pour faciliter mon admission pour des soins ophtalmologique, auditif, et dentaire, je vous joint les devis et je reste dans l’attente des informations de la Sécurité Sociale pour la prise en charge.

Vous savais Monsieur le Préfet j’espère que mon départ fera ressortir la vérité et je sais que mon fil continuera mon combat, car il y a des responsable au gouvernement de droite comme de gauche, le parti Socialiste est beaucoup appliqué à cette contamination comme JOSPIN, KOUCHENER, CLAUDE EVIN ex, voir le blog de génocidehépatitec.org.fr

Monsieur le Préfet, je vous tiendrais informé une quinzaine de jour avant ma grève de la faim.

Dans l’attente, veuillez recevoir Monsieur le Préfet, à mes plus sincères salutations.

 

Monsieur Christian GAUDRY.

 

 

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article

Présentation

  • : Christian.Gaudry
  • Christian.Gaudry
  • : brun, je donne de mon temps pour les autres,aimable,courtois,et je fais la cuisine, le repassage et le ménage. bisous..68 ans.
  • Contact

Recherche

Liens