Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 13:36

16 août 2011.

Bonjour.

Suite à l’article de Jean-Marie LEPEN Président du Front National paru dans le journal  du FROND  sur le Sang contaminé et l’Hépatite C responsables et coupables.

Durant plusieurs semaines la France va connaître un procès dont tout le monde sait qu'il est joué d’avance. Trois anciens ministres socialistes comparaissent devant la Cour de justice de la République pour « homicide involontaire et atteinte à l’intégrité des personnes ». Ce lourd dossier technique de 56 tomes et de 70 000 pièces retrace plus de dix années d’errance judiciaire, de joutes médiatiques et d’oubli des Victimes. Entre le 1° février 1981 et le 1° octobre 1985 1 325 des 3 000 hémophiles vivant en France et 2 600 polytransfusés ont été contaminés par le virus du SIDA parce qu'on leur a administré des lots de produits sanguins non fiables.

Cette affaire aux conséquences irréversibles pour les Victimes aurait pu être évitée. Ce terrible échec véritable catastrophe sanitaire pour notre pays est la conséquence directe d’une série de considération économiques, sociales et culturelles qui encadrent une idéologie bien spécifique.

Le 6 mai 1987, j’avais clairement exposé à la télé les causes et les conséquences de cette terrible maladie qu'est le SIDA. Je disais alors reprenant ce que j’avais précédemment exposé à l’Assemblée National. °il s’agit d’une question excessivement grave qui met en cause la santé publique. Ayons le courage de dire quel sont les modes préférentiels de contagion de la maladie : l’homosexualité et la toxicomanie. Il faudrait procéder en fait à des examens systématiques, au moins dans la population à risques. De même, je propose que dans un pays où il y a une grande circulation avec les pays contaminés notamment certains pays d’Afrique, l’on prescrive le dépistage systématique.

A l’assemblée National notre groupe déposera à ce sujet une série de mesures demandant le dépistage systématique aux frontières, le dépistage des populations à risques, le traitement des Victimes dans des services spécialisés et le lancement d’un grand empreint national afin de juguler ce fléau.

A L’époque ces mesures avaient soulevé un tollé général dans la classe politique. Douze années après on peut juger de la justesse de nos propositions !!

Ces événements me donnent encore une fois malheureusement raison ! A ceci près que des Victimes  innocentes  ont payé de leur vie les errements de notre classe politique.

Aujourd’hui la presse se fait l’écho de dossiers particulièrement intéressants qui avalisent la véracité de mes propos d’alors. La contamination de milliers d’innocents a été la conséquence directe de la pensée unique qui déjà rodait dans les arcanes du pouvoir.

La pensée unique en accusation.

La pensée unique a joué un grand rôle dans le processus de contamination. Ceci est tellement vrai que dans rapport d’expert on peut y lire les aberrations suivantes : L’importance considérable et croissante que prend le SIDA dans les médias apparaît disproportionnée par rapport à la réalité épidémiologie du phénomène. Le souci de temporiser et de minimiser les risques a donc été la règle. C’est en partie pour cette raison que les autorités compétentes ont longtemps refusé de pratiquer une sélection des donneurs.

Malgré les risques connus, le milieu carcéral restera pendant très longtemps un lieu privilégié de collecte de sang (1991 pour l’ile de la réunion). En 1985 le ministre socialiste Edmond Hervé reculera devant le risque important de mobilisation. Il évoquera la valeur symbolique et sociale du don de sang particulièrement sensible dans le milieu carcéral ! Dans un rapport du 13 juillet 1985, on pourra même lire : le point particulier du SIDA en milieu carcéral a volontairement été exclu du rapport compte tenu de son caractère particulièrement sensible. L’aveu est terrifiant d’inhumanité et d’irresponsabilité.

Le poids des lobbies..

L’installation de véritables groupes de pressions au sein de la République en est un autre exemple. Le lobbies homosexuel va jouer directement un grand rôle dans cette affaire. Les homosexuels sont considérés à l’époque comme une réelle population à risque Le °Quotidien de Paris° titrait à ce sujet le 6 février 1982 sur « le mal étrange qui frappe les homosexuels ».Mais sous la pression de quelques associations homosexuelles militantes, les autorités vont tout faire pour étouffer le scandale.

Dans une autre circulaire de 1983 on peut y lire que les homosexuels y voient une forme de répression. D’autres pour des raisons d’opportunité politique décident de ménager le milieu homosexuel. Une nouvelle fois, on ne tiendra pas compte des risques majeurs encourus par les Victimes.

Enfin, les contraintes idéologiques imposées par l’antiracisme politique on eu, elles aussi, une responsabilité majeur.

 En effet tous les experts s’accordaient à dire que  l'Afrique était un terrain privilégié de proliférations du virus. La responsabilité politique imposait de pratiquer un dépistage systématique aux frontières. Pour les populations de certains pays d’Afrique ou ayant séjourné en Afrique. Ainsi que de stopper l’immigration. Mais face à ce péril, les consciences morales de SOS RACISME OU DU Mrap préféraient veiller aux éventuels dérapages…. !!

Un expert dira à ce propos que les médecins craignaient d’être accusés de pratiquer une discrimination raciale s’il ne prélevait plus sur les Africains !!. C’est dire si la responsabilité du lobi  soit disant antiraciste est engagé dans ce scandale.

Une histoire de gros sous.

L’autre volet du scandale est la bataille commerciale que se livreront de grands groupes industriels pharmaceutiques concernant la mise au point des teste de dépistage. Entre la société Française Diagnostics- Pasteur (filiale de ELF-SANOFI) et la société américaine Abbott, la guerre pour contrôler le marché français aura de lourdes conséquences.

Pendant de longs mois, ils spéculeront sur la mort.

La mise en place d’une réglementation contraignante pour empêcher la firme américaine ainsi que diverses interventions au sein des cabinets ministériels vont entraîner une perte de temps mortelle pour les Victimes. Pour une fois que la France usait d’un peu de protectionnisme ce fut au détriment de la santé de sa population.

Le dépistage systématique a été bloqué par des intérêts bassement commerciaux et par des craintes d’ordre politique.

De plus les budgets alloués à la recherche et à la prévention n’ont pas été à la mesure de la pandémie. On mesure ici une nouvelle fois, la justesse de mes propos lorsqu’à la tribune de l’Assemblée National, j’avais proposé que soit lancé un grand emprunt  national pour tenter d’endiguer la diffusion de cette terrible contamination.

RESPONSABLE MAIS PAS COUPABLE ??.

Cette chronologie des causes et des conséquences de cette contamination est la preuve irréfutable de la CULPABILITE DES MINISTRES SOCIALISTES.

Dans cette affaire la responsabilité implique la culpabilité. L'état et ses serviteurs, au premier rang  desquels les ministres et le premier d’entre eux, sont en charge de la responsabilité sanitaire de la population. Ils avaient une connaissance suffisante de la gravité de la situation pour prendre les mesures conservatoires qui auraient permis d’éviter bien des malheurs. Le gouvernement s’est aveuglé lui-même par des considérations idéologique. Ce scandale est à la fois le fils de Marx et d’Adam Smith. Il est le fruit du conditionnement idéologique de gauche de tout un système et de la loi de l’argent qui, aujourd’hui prime sur tout.

Si l’on m’avait écouté en temps voulu, nul doute que bien des vies auraient étais sauvais.

 

Parlons  d’ harlem  désir :

Ce personnage n’a pas de leçon à nous donner, avant il était connu dans les années 80 pour déposer plainte contre des FRANÇAIS suite à des propos antiracistes, mais il ne faut pas oublier qu'il a déjà était condamné le 17 décembre1998, à 18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d’amende pour recel d’abus de bien sociaux. Vraiment au parti socialiste on aime bien se genre de personnage.. Plus la clémence de François  Mitterrand : une amnistie concernant une dette de 80 000 francs au trésor publique relative à des amendes de stationnement, alors qu'il était président de  sos racisme, (décision de justice du 8 mai 1992)

En effet sur le journal L’ EVENEMENT du mardi 18 mai 1997 Hépatite C la nouvelle épidémie, le sang et la drogue s’est très vite propagé dans les années 70 et 80. Beaucoup plus qu'ailleurs, 600.000Victimes touchées en France. En 1983, pour cause de SIDA, une circulaire de la Direction générale de la santé demande très précisément aux responsables de collectes de sang « DE SELECTIONNER LES DONNEURS ».Les raisons invoquées sont claires : FAUTE DE SAVOIR A L’EPOQUE ISOLER LE VIRUS DU SIDA, IL FAUT EXCLURE DES DONS DU SANG LES PERSONNES AYANT DES COMPORTEMENTS A RISQUE : TOXICOMANES, HOMOSEXUELS,   VOYAGEURE EN AFRIQUE, etc.….

Cette sélection des donneurs s’impose. Et certains pays européens la mettent en œuvre, diminuant du même coup l’épidémie de SIDA et de VHC. EN France IL N’EN EST RIEN. LES TRANSFUSEURSCONTINUENT DE PRELEVER EN PRISON…..

Alors monsieur  harlem désir, la réflexion que vous vous êtes permis en tans que président de SOS racisme ..En1980  et le mrap face à ce péril les consciences morales comme vous le dite si bien, veiller aux éventuels dérapages, brûler des citées, des voitures, des magasins, agresser les personnes âgées. On ne vous jamais entendu. Es bien mois comme Victime  suite à des transfusions en1967 à PARIS j’ai étais contaminé par le virus de l’Hépatite C, depuis 1992 j’ai eu tous les traitements, un cancer, et pour finir une transplantation du foie en 2011. Alors harlém désir vous n’avais rien à dire pour les Victimes du Génocide et des  Assassins du parti socialiste et de l'ump. Car se son des personnages comme vous qui on amené la violence, l’association sos racisme et simplement la pour vos musulmans et rien d’autre. Il y a longtemps  que le robinet de vos subvention aurais du vous êtes coupé, car vous vivais sur le dos du contribuable  FRANÇAIS.

 

Monsieur Gaudry. Christian.

Tél : 09.54.98.93.74.

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 09:28

numérisation0043

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 09:17

15 juillet 2011

Contamination des responsables du Gouvernement pour le Génocide "NON A- NON B" avant 1990,appelée  Hépatite C FIN 90, PAR DEUX  Gouvernements, les Socialistes et l’UMP. Voir la suite sur le blog "génocidehépatitec.over.blog.fr".

Lundi 17 septembre  2003.

Un courrier de Madame CANNIER Suzanne (une des adhérentes de l’Association A.D.V.H.

Tous avec Christian.

Je voudrais comprendre comment une Victime comme Christian GAUDRY (notre délégué régional de l’association (A.D.V.H.), traité en tri thérapie, peut s’occuper à lui seul des tâches multiples qui lui incombent (secrétariat, renseignements aux Victimes, déplacements auprès des autorités compétentes pour faire connaitre nos revendications, réunions avec les médias pour la même raison, recherches de locaux pour les réunions, etc.…. et j’en passe, car je ne sais pas tout.

Tous autant que nous sommes, nous devions, nous les Victimes de l’Hépatite C, être derrière Christian GAUDRY pour l’aider dans ses tâches au sein de l’association, ne serait-ce que quelques heures par mois.

Il est tellement plus simple de se trouver des excuses pour ne pas participer, mais il faut se dire que le jour ou Christian GAUDRY lâchera son activité dans l’association il n’y aura plus personne pour vous aider.

J’en appelle aux bonnes volontés pour aider Christian GAUDRY à faire du secrétariat, à l’épauler dans ses recherches, à le décharger si peu soit-il de tout ce travail, car avec le traitement qu’il suit actuellement, il est de plus en plus fatigué.

Pour ma part, j’essaie de l’aider le plus possible, mais habitant à 80 km, je n’ai pas toujours la possibilité de faire certaines tâches que (j'assumerais) si je logeais à proximité.

TOUS AVEC CHRISTIAN, et merci à ceux qui répondront favorablement à cet appel.

Une  adhérente : S. CANNIER.                                    

 

Merci Suzanne de m’avoir envoyé ce petit mot, ceci m'a profondément touché, mais n’oublie pas que toi aussi tu as été contaminée par des Assassins de la République du Génocide de l’Hépatite C , et en voyant comme tu étais une femme ravissante en 1985, et comment tu es devenue suite aux traitements ! Il est vrai que tu seras toujours aussi ravissante, mais vieillie, que j’en ai honte de voir à la télévision ces personnages, ingrats, hypocrites, sans aucun scrupule de nous avoir donné un virus de mort… Et de (les voir) se pavaner pour les élections présidentielles (Socialistes ou UMP) en nous annonçant une vie meilleure, (mais c’est pour encore avoir le POUVOIR), ça me fait gerber….

Mais n’oublie pas, que quand tu te regardes devant un miroir, tu vois une femme honnête, pas comme ces Assassins, qui eux d’ailleurs ne connaissent même pas ce mot, "Honneur° ! Pour eux, ce qui compte, c'est GARDER LE POUVOIR.

Encore merci Suzanne, et bonjour à Daniel qui, malgré tes déprimes, tes angoisses, ta souffrance des traitements lourds, a su te remonter le moral et rester prés de toi. Merci DANIEL.

Christian GAUDRY.

  Par Gaudry Christian

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 07:33

 

Ministère de la Santé, et de la famille et des personnes Handicapées.

N- Réf : df-Soop n° 03007196.

Pour avoir ignore les Victimes NON A NON B contaminé avant 1989, devenu Hépatite C EN 1990 ?  Le parti Socialiste  et l’UMP se sont rendus responsable du Génocide. Lire la lettre de Jean- Marie Brinon pour Mattei le Ministre de la Santé.

Monsieur,

Vous avez bien voulu appeler l’attention de Monsieur Jean-François Mattei, Ministre de la Santé..Sur la situation des personnes (Victimes) contaminées par le virus de l’Hépatite C.

Monsieur le Ministre a pris connaissance de votre correspondance avec une grande attention, (se passage ne vous rappelle rien ! (es bien ses les mêmes mots que disais le parti Socialiste à toutes nos correspondances de 1990 à 2002), à croire qu'il avait le même modèle de lettre à nous envoyer. Sensible aux termes de votre courrier, li m’a chargé de vous apporter les précisions suivantes.

Les personnes (Victimes) contaminées par le Virus de l’hépatite C, à la suite d’une transfusion sanguine ou d’une injection de produits dérivés du sang, notamment lors d’un séjour dans un établissement de soins, peuvent être indemnisées au titre de l’accident médical ou d’une action en responsabilité.

Plus précisément, l’article 102 de la loi du 4 mars 2002, relative aux droits des malades ( Victimes) et à la qualité du système de santé, instaure une présomption d’imputabilité de la contamination par le Virus de l’Hépatite C à une transfusion sanguine ou à une injection de produits dérivés du sang, pour la période antérieure à la promulgation de la loi.

En d’autres termes, il incombe dorénavant à l’établissement ou à l’organisme en cause d’apporter la preuve que le sang ou des produits ne sont pas à l’origine de la contamination transfusionnelle. La Victime, à laquelle profitera le doute, doit seulement réunir les éléments nécessaires à l’établissement de cette présomption.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

Cette lettre et une insulte  méprisante vis-à-vis des Victimes de se Génocide, organisé par des Assassins de la république, de gauche comme de droite.

1/ point : il va me faire pleurer quand il se permet de dire (qu'il est sensible aux termes de mon courrier.)

2/ Quand il se permet d’écrire que les personnes (le mot Victimes  pour mois, c’est rende la mémoire à toutes ses Victimes décédé par des Assassins de la république) contaminées par le Virus de l’Hépatite C…..Peuvent être indemnisées au titre de l’accident médical.

Comme précisément l’article 102 de la loi du 4 mars 2002…..

En d’autres termes, il incombe dorénavant à l’établissement ou à l’organisme en cause d’apporter la preuve que le sang ne sont pas à l’origine de la contamination transfusionnelle, et que la Victime à laquelle profitera le doute, doit seulement réunir les éléments nécessaires à l’établissement….

3/  C’est suite à cette loi que tous a basculé pour les Victimes de se Génocide, car en 1989-1990. Beaucoup de dossier archivé on disparu, ou comme nous en étions informé, il y a eu le feu ou une inondation, comme il était facile au gouvernement socialiste de nous raconter des histoires, car encore maintenant en 2011 beaucoup de Victimes contaminées avant 1990 les NON A NON B se retrouve débouté devant les tribunaux suite à la loi 102 du 4 mars 2002 de Kouchner, lui il aurait du  rester en Afrique. Surtout que Jospin venais de d’éclairer à la presse, que toutes les Victimes contaminées de l’hépatite C par transfusion serait indemnisées

Vous voyer encore une foi, le parti socialiste et l’ump on agit comme des sous- homme vis-à-vis des Victimes et beaucoup attendre la reconnaissance du Gouvernement.

Monsieur Gaudry Christian.

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 15:34

 

Le 28 juin 2011.

Courrier du 4 novembre 1997. De Laurent Fabius, suite à des renseignements de l’Association A.D.V.T.S. pour les Victimes du Génocide de l’Hépatite C.

Vous avez bien voulu me faire part au-delà de votre cas personnel de la situation des personnes (Victimes) de l’Hépatite C.

C’est un dossier sur lequel, comme l’ensemble des parlementaires de la majorité, je reste très sensible. C’est pourquoi je transmets votre lettre à Madame Martine Aubry, ministre de l’emploi et de la solidarité, en appelant tout particulièrement son attention sur cette affaire… !

C’étais pour vous faire un petit clin d’œil, car nous en avons fait le constat, Madame Aubry est une personne cynique, qui c’est toujours désengagé vis-à-vis des Victimes contaminées par le Virus de l’Hépatite C , depuis le courrier du 4 novembre 1997 nous attendons encore la réponse, mais comme d’habitude le parti socialiste se dérobe et ne répond jamais à la question.

Demain cette personne veux se présenter à la Présidence de la République, mais comment faire confiance à se parti, nous en avons eu l’expérience malheureuse et encore aujourd’hui ils nous promettent la lune, c'est-à-dire rien. Que la place doit-être bonne, surtout les salaires, s’enrichir de plus en plus ex-ex...

Nous verrons bien dans quelque mois….. ?

 

Maintenant revenons à des choses intéressantes, sur un compte –rendu de la réunion au Ministère de la Santé avec le Professeur William DAB, conseiller auprès du cabinet du Ministre de la Santé, le Professeur MATTEI , avec L’A.D.V.T.H. le 31 janvier 2003.

Les représentants de l’.a.d.v.t.h. :Le Président : Gérard Audibert, La Secrétaire : Danielle KELLER- Le délégué régional du Var : Christian GAUDRY.

Le Président expose au Conseiller les revendications de l’Association, il les classe en trois grandes catégories :

1.      Concernant le décret d’application de la prise en charge à 100% en A.L.D.

Application automatique du décret de cette prise en charge, dés la connaissance de l’Hépatite C , sans attendre de subir une ponction biopsie hépatique.

Actuellement le retrait de cette prise en charge à 100% se fait automatiquement dés que la PCR est négative. Alors que le malade ( Victime) doit rester sous surveillance biologique pendant un certains temps après l’arrêt du traitement. Avec l’arrêt de la prise en charge à 100%, beaucoup de malades (Victimes) s’excluent des soins. Ceci a été constaté par l’Association et a été rapporté par le Réseau Hépatite C de la région Franche-Comté.

2.      Le discours qu’on certains journaux, médecin…qui consiste à un trop grand optimisme et disant que de L’ Hépatite C, on en guérit :

3.      La maladie est alors banalisée, même dans le corps médical, les personnels paramédicaux, exemple : les infirmières débordées ne se protègent pas assez…

4.      Chez les experts des : COTOREP, SECURITE SOCIALE, procédures juridiques…cette banalisation pénalise fortement les Victimes Contaminées.

5.      Pour les médias, cette banalisation entraîne de la négligence dans le dépistage, la prévention et risque de provoquer les mêmes incidences que pour le SIDA.

6.      La banalisation nuit aussi grandement aux contaminés, à travers leur entourage et ils ne peuvent plus trouver d’aide, pourtant indispensable dans le contexte des maladies chroniques sévères et des traitements lourds.

7.      On en guérit, oui peut-être et on l’espère ? Mais avons-nous assez de recul pour l’affirmer ?

 

8.       Concernant le manquement à l’obligation de prudence que l’on a pu constater dans de nouveaux cas de contamination en milieu médical :

Question du Président : quelles sont les possibilités qu’a le Ministère de la Santé sur les manquements du respect des procédures de contamination qu'on certains professionnels de la santé ?

 

Réponse du conseiller : la loi du 4 mars 2002 et l’article 45 dit qu'en cas d’urgence le Préfet peut prendre toutes disposition afin de suspendre le praticien responsable (notamment en chirurgie) et ceci pendant 5 mois maximum.

Le Ministère de la Santé n’a pas d’autres possibilités car le pouvoir disciplinaire de l’Ordre des Médecins est souverain.

 

Questions diverses :

 

Le Président : Où en est la refonte du guide barème de la COTOREP, chapitre 6, sur lequel les associations de malades (Victimes) ont travaillé avec les experts en 2001 ?

Le Conseiller : le service a fusionné et maintenant il s’appelle l’ONIAM, il faut voir avec Monsieur HURIET.

 

Le Président :

Concernant le plan de reconduction du programme VHC , l’Association A.D.V.H., n’a pas eu connaissance de difficultés spéciales. Mais c’est dans l’application de ces dispositions que les malades (Victimes) rencontrent des difficultés, notamment dans l’uniformisation des départements, des organismes sociaux, sur des  problèmes administratifs et des problèmes d’évaluation par les experts en général. Exemple : on n’a pas le même pourcentage de reconnaissance si on habite au Nord ou bien encore avec une expertise juridique, pourtant il s’agit bien de la même maladie, de la même personne !

 

Pour une vingtaine d’euros en trop, les bénéficiaires de l’AAH n’ont pas droit à la CMU, donc pas droit non plus à la mutuelle de cette CMU, nous demandons, pour les Victimes d’Hépatite C qui ont droit à l’AAH, une prise en charge automatique, malgré cette différence.

 

Actuellement le FIBROTEST, de plus en plus fiable, peut remplacer la ponction biopsie du foie. Il coûte environ 90 euros et la Sécurité Sociale en rembourse la moitié. L’autre moitié restant à la charge du malade ( Victime) alors qu’il est beaucoup moins cher qu’une PBH faite en milieu hospitalier !

 

Avec un meilleur partenariat on éviterait les rendez-vous, très long à obtenir dans les hôpitaux (2 à 3 mois). L’A.D.V.H. fait observer qu’il est temps de dépasser le cap des discutions car des pistes plus simples peuvent être poursuivies. Peut-être grâce à un travail en réseau entre gastro-entérologue de ville et gastro-entérologue des hôpitaux ?

 

Concernant la loi du 4 mars 2002, en ce qui concerne la remise des dossiers médicaux, les Victimes se retrouvent avec plus de difficultés qu’avant pour les obtenir :

 

Une autre difficulté : la procédure d’agrément des associations reste inapplicable.

Réponse du Conseiller : le Ministre de la Santé veut créer une union Nationale des Associations pour qu’une partie des budgets aille aux Associations de Victime, ce projet doit être à l’ordre du jour, en juin, au Parlement.

En ce qui concerne les précédentes questions, le Ministre est très au courant de toutes ces difficultés. Le Président a très à cœur les problèmes de santé, mais surtout des Victimes du cancer et des maladies chroniques, des dispositions vont être prises et sont en cours de travail. Elles vont répondre à toutes vos questions avant la fin de l’année 2003.

 

Pour conclure car le temps est compté :

 

Le délégué du Var expose les difficultés que rencontrent plus particulièrement les Victimes qui se retrouvent en grande précarité de part leur contamination.

 

Il remet deux classeurs et des courriers d’adhérents au Conseiller pour le Ministre de la Santé :

L’un des classeurs retrace les difficultés que rencontre une Victime à la recherche de ses dossiers médicaux.

L’autre retrace, véritablement, le parcours du combattant que rencontrent les Victimes contaminées, dans les actions en justice, qui restent pourtant leurs seuls droits actuellement.

 

Rendez-vous est pris ultérieurement afin de répondre aux questions restées ouvertes et L’A.D.V.H. fournira un rapport détaillé de toutes les difficultés que rencontrent les adhérents et qui comportera un dossier joint de cas concrets.

 

Comme d’habitude et suite du Compte-rendu de la réunion au Ministère de la Santé et DE MATTEI ? Nous avons jamais reçu de réponse et de rendez vous.

 

Comme pour le Gouvernement socialiste, qui a toujours su nous mener en bateau, et de nous faire des promesses, pour le Gouvernement de L’U.M.P ? C’est la même chose, que des menteurs, et aussi responsable du Génocide à la seringue de l’Hépatite NON A NON B. avant 1990.

 

Bien à vous. Christian Gaudry.

 

 

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 14:11

 

 

LE 19 JUIN 2011.

Bonjour,

Enfin me voici de retour, encore un passage à l’hôpital depuis ma transplantation du foie suite à une infection des reins et du tube digestif, maintenant attendons la suite.

Aujourd’hui je vais vous parler des responsables du gouvernement Socialiste pendant la durée de leur mandat au sujet des Victimes du Génocide de l’Hépatite C, ou pour eux il n’y aurait pas de responsable comme pour le sang contaminé…. ! Vous m’avais compris (comme le disais un grand homme de l’état Français).

En 2000 l’Association A.D.V.T.S comme Présidente Madame Jeannine JOT aujourd’hui malheureusement décédé suites à des Transfusions de sang avant 1990 par des Assassins de se Gouvernement qui a laissé la porte ouverte au Génocide de l’Hépatite C pour des millions de Victimes NON A NON B. voici le courrier de l’Association.

 

                                                                                                              Madame Dominique Gillot

                                                                           Secrétaire d’Etat à la Santé, Ministre de la Santé

                                                                            1, place Fontenay 75700 Paris s.p.

Geay le 30 septembre 2000.

Madame la Secrétaire d’Etat.

Nos dirigeants nationaux travaillent en collaboration avec la Direction Générale de la Santé dans diverses commissions telles que la COTOREP actuellement.

Ils n’ont toujours pas de réponse au sujet de la Loi sur les Aléas Thérapeutiques prévoyant l’indemnisation des Victimes touchées par le Virus de l’Hépatite C

Qu’en est ‘il à ce jour ?? 

Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous donner réponse par retour de courrier, ce dont nous vous remercions par avance.

Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, en l’expression de notre très haute considération.

 

A.D.V.T.S. Hépatite C  délégation SUD- EST. La Marjolaine, 121, Mail de la Planquette  83130, la Garde.

Monsieur  Gaudry Christian.  

 

Réponse de  Nicole Pruniaux secrétaire d’Etat à la Santé le 17 octobre 2000.

Madame, Monsieur.

Madame Dominique Gillot, Secrétaire d’Etat à la Santé et aux Handicapés, a pris connaissance avec la plus grande attention du courrier par lequel vous lui demandez des précisions sur le calendrier de mise en œuvre de l’indemnisation des aléas thérapeutiques.

La prise en compte de la réparation de la réparation des risques sanitaires est l’un des objectifs prioritaires du Gouvernement. Le Premier Ministre l’a rappelé encore récemment.

Cette question sera abordée dans la loi de modernisation du système de santé. Il s’agit là de l’aspect le plus complexe de cette loi, et il fait encore l’objet d’un important travail interministériel qui doit s’achever dans les prochaines semaines.

Soyez assuré que Madame la Ministre comprend tout à fait votre impatience. Toutefois, le calendrier gouvernemental est soumis à des surcharges, à des contraintes qui ne permettent pas toujours la mise en ouvre de certains projets aussi rapidement qu’on le souhaiterait. Notre objectif est que le Conseil des Ministres examine le projet de loi sur la modernisation du système de santé d’ici à la fin de l’année et que le Parlement soit saisi avant le printemps prochain.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de toute ma considération.

                                                                                          Nicole Pruniaux.

L’analyse de cette lettre. 

Déjà le 5 mars 1998, le Conseil d’Etat se prononce en faveur de l’indemnisation des Victimes de l’Hépatite C.

Lorsqu’une affection frappe un grand nombre de Victimes (…) sans qu’aucune faute soit imputable à quiconque, il parait souhaitable que l’indemnisation des dommages soit prise en charge au nom du principe du législateur de préférence au principe de responsabilité qui est du ressort du juge écrivent les conseillers d’Etat. Le Conseil d’Etat, qui n’hésite pas à parler d’explosion attendue du contentieux. De l’Hépatite C- rappelle en outre que la Cour de cassation a ouvert le droit à l’indemnisation pour préjudice moral dés le stade de la séroconversion ( l’apparition du Virus dans le sang). Sans qu’il soit besoin d’attendre les premières manifestations de l’infection.

Ceci je peux vous dire en toute franchise que ce gouvernement socialiste est un menteur, comme il l’a déjà fait par le passé, car la vérité c’est que pour que les Victimes soit indemnisées, ils leurs faut le dossier médical, surtout les Victimes contaminées avant 1990, ou la plus part des dossiers ont étaient détruits par se gouvernement.

Suite à la lettre de Pruniaux. :17 avril 2001, l’Etat a décidé d’indemniser les Victimes d’accidents médicaux, déjà en 1998 c’étais la même chanson. Pour les milliers de Français Victimes de l’Hépatite C, c’est bientôt la fin de l’indifférence. A partir de l’an prochain, en principe, ils pourront se tourner vers l’Etat pour obtenir réparation. Selon nos informations, le Premier ministre LIONEL JOSPIN A DECIDE D’INDEMNISER LES VICTIMES DES ALEAS THERAPEUTIQUES, C’EST A –DIRE DE CES ACCIDENTS SANITAIRE INTERVENUS SANS QU’AUCUNE FAUTE AIT ETE COMMIS. ARDEMMENT DEFENDUE PAR LE FAMEUX MENTEUR ET FAISANT PARTIRE DE SES ASSASSINS DU GENOCIDE  (KOUCHNER)  depuis son retour d’Afrique, vraiment encore une fois, il aurais du rester la- bas.                                                                                                                                                                             

Lionel Jospin a tranché sur le principe en acceptant que puissent être indemnisées à titre rétroactif, les Victimes de l’Hépatite C CONTAMINEES accidentellement. Près de 600.000 VICTIMES sont actuellement porteurs de ce virus, à l’origine de cirrhoses du foie évoluant parfois en cancers ou une transplantation du foie. Un tiers d’entre eux l’auraient contacté a l’occasion d’une TRANSFUSION ANTERIEURE A 1991, date à laquelle il a commencé à être dépisté dans les dons du sang.

Créer un fond public ad hoc.

La création d’un fond public d’indemnisation semble se dessiner, mais sa forme reste à définir. Dévoilé par « le Quotidien du médecin » un avant projet de loi rédigé par le ministère de la Santé propose d’instituer un « office national d’indemnisation des accidents médicaux et affections intro gènes » alimenté, principalement, par une contribution de l’assurance maladie. Alors que les sommes à prévoir peuvent atteindre 15 milliards de francs (2,3 milliards d’euros) en trois ans, avant de se stabiliser par la suite. Le gouvernement cherche des sources de financement qui ne l’obligent pas à créer de nouveaux prélèvements.

Le sénateur Claude Huriet (Union centriste) entend pousser le gouvernement à se découvrir. Il défendra, le 26 avril 2001, une proposition de loi sur la création d’un fond d’indemnisation financé par les taxes sur les tabacs et alcools.

Suite au courrier de Pruniaux. : Var Matin du 5 septembre 2001.

Un projet de loi présenté aujourd’hui en Conseil des ministres. Vers un renforcement des droits du malade.

Le projet de la loi sur la modernisation du système de santé, présenté aujourd’hui par le ministre délégué à la Santé Bernard Kouchner. Aléa thérapeutique : Le principe de l’indemnisation des victimes d’accidents médicaux qui ne sont pas dus à une faute du praticien a longtemps bloqué le projet de loi. Se posait en effet le problème des 600.000 VICTIMES contaminées par le virus de l’Hépatite C par transfusion, avant la mise en route du teste de dépistage en 1990. Le gouvernement a finalement donné le feu vert……, en EXCLUANT LES VICTIMES PASSEES DE L’HEPATITE C.

« Un scandale » explique Christian Gaudry, président de l’Association de Défense des Victimes de la Transfusion sanguine, qui se bat depuis des années pour que les Victimes touchées par l’Hépatite C soient reconnues comme des Victimes, quelles que soit la date de la transfusion. Les Victimes qui ont été contaminés avant 1990, sont aujourd’hui ceux qui sont le plus avancés dans la contamination. Certains sont déjà en phase de fibrose et même de cirrhose ou de cancer. En leur refusant le fonds d’indemnisation, on les condamne doublement. Ils devront entamer une procédure judiciaire, passer devant un expert, produire des dossiers qui, dans de nombreux cas n’existent plus, comme s’ils avaient été détruits…..Cette discrimination est inacceptable ! »

Enfin, il aura fallu attendre 20 ans pour qu’un ancien ministre de la Santé Claude Evin raconte : Moi j’étais confronté à la question du rappel des personnes qui avaient bénéficié d’une transfusion sanguine pour pouvoir effectivement les alerter sur le risque de cette transfusion. J’ai été confronté en 1989-1990. A l’époque on n’était dans l’impossibilité de retrouver les personnes qui avaient fait l’objet d’une transfusion sanguine, en tous les cas, de les retrouver de manière certaine. On pouvait en retrouver certaines, oui, qui pouvaient avoir un dossier médical.

Le dossier médical par exemple à l’époque même s’il était inscrit qu’il était obligatoire, les établissements de santé, les hôpitaux n’avaient pas organisé la traçabilité des dossiers médicaux. Voila autant de sujets si vous voulais sur lesquels on a évolué depuis 20 ans. Sur lesquels la catastrophe du SIDA….nous a effectivement éclairés et a amené en effet à ce qu’il y ait aujourd’hui une traçabilité de la TRANSFUSION, à ce qu’il y ait aujourd’hui une obligation et un suivi. La loi de 2002 a fait beaucoup en la matière, notamment par le fait que nous avons introduit des dispositions plus contraignantes et plus précises concernant l’accès au dossier médical. Accès qui était possible d’avoir auparavant mais qui n’était pas bien organisé. Voire entretien avec Claude Evin suite à l’émission de radio du 3 mai 2010 ( lemegalodon.net). A écouté aussi l’émission de radio du 11 février 2011 de Christian Gaudry la même radio qui a répondu à Evin.

Vous constaterais par vous-même que le parti socialiste a raconté que des histoires et mensonge aux VICTIMES de se GENOCIDE , QU’IL A LUI-MEME laisser la contamination se propager ainsi que le gouvernement de l’UMP , qui en on fait des gouvernement ASSASSIN.

Christian Gaudry.

numérisation0001 

 

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 17:19

 

 

numérisation0042

 

 

 

 

 

La Garde, le 9 juin 2011.

Bonjour,

Enfin, je reviens avec une haine vis-à-vis de ses Assassins de la République, du socialiste à l’U.M.P. De Claude Evin à Xavier Bertrand Ministre de la Santé, le premier qui nous à laissais dans l’indifférence la plus complète ainsi que les autres socialistes comme Kouchner, Jospin, Gillot, Aubry. Ext….entendre l’entretien avec Claude Evin du 3 mai 2010 sur la chaine de radio (lemegalodon.net).

Nous savons qu’il y a des responsables, surtout du parti socialiste, en 1990 il y a eu trop de dossiers médicaux qui ont disparu, pour le Génocide de l’Hépatite C :!!! Nous savons tous que les ministres et secrétaires d’état de la Santé de 1965 à 1999 avais eu connaissance par des alertes des Directeurs de Centre de Transfusion Sanguine qu’il fallait arrêter de prendre du sang sur les personnes à risques, ceci n’a pas étais fait et des milliers de Victimes ont été contaminées.

Encore maintenant le Gouvernement de l’U.M.P. Président Sarkozy, le ministre de la Santé Xavier Bertrand et les secrétaires d’état font la sourde oreille. 5000 décès tous les ans et le Gouvernement sans balance.

Quel parti politique aura enfin le courage de répondre au Millions de Victimes atteintes de l’Hépatite C avant 1990 suite à des Transfusions (qui c’est ,le Front National) à voir à la prochaine élection de 2012….. ! Ces Victimes contaminées sont les Victimes des décisions Politiques relatives à l’économie.

Autoriser les centres de transfusion de sang a effectué des prélèvements dans les centres carcéraux sans avoir fait des analyses sanguins ou ces ministres avais eu connaissance du danger deviens un état ASSASSIN.

La loi de 1958 rend obligatoire l’archivage des dossiers, cette loi est toujours en vigueur, mais comme la reconnu Claude Evin, suite à l’entretien du 3 mai 2010 sur la radio (lemegalodon.net). J’ai été confronté en 1989-90. A l’époque on n’était dans l’impossibilité de retrouver les personnes qui avaient fait l’objet d’une transfusion sanguine. A l’époque même s’il était inscrit qu’il était OBLIGATOIRE LES ETABLISSEMENTS DE SANTE, LES HÔPITAUX N’AVAIENT PAS ORGANISE LA TRACABILITE  DES DOSSIERS MEDICAUX. Voire et écouter se que j’ai répondu à la même émission du 11 février 2011-

Certaines aides sont accordées aux Victimes défavorisées, en grande détresse, ce qui est légitime ces mesures d’aides financière tendent à réparer certaines injustices au même titre que les Victimes atteintes du SIDA. Les VICTIMES DU V.H.C. Contaminées  avant 1990  par des assassins attendent d’être pris en compte avant que le virus ne les tues et ne les prive de ces indemnisations au quelles ils ont droit.

Suite à cette remarque, depuis 1991 j’ai passé ma vie pour que les Victimes contaminées par des transfusions  Sanguine infectées, et que des Assassins Socialiste ou de l’U.M.P. ont laissé faire le Génocide de l’Hépatite C, je me suis rendu compte que pour avoir des subventions du Gouvernement malgré avoir rempli des dossiers, jamais je dis bien jamais je n’ai pu toucher des subventions .Malgré ma petite retraite j’ai toujours voulu défendre les Victimes de se Génocide. Maintenant je me rends compte que j’aurais du être Président d’une Association des sans papier, situation irrégulière, ex..ex..Peut-être que j’aurais eu droit à une belle médaille empoisonné.

Voir sur le blog du 16 février 2011 (génocidehepatitec.over.blog.fr) les responsables.

Le 1er mars 2011 Madame Nora Berra, Secrétaire d’Etat chargée de la Santé, a été destinataire de ma correspondance. Cette personne me dit…En votre qualité de Président de l’Association de défense des Victimes d’Hépatite C , vous souhaitez connaitre vos droits à l’indemnisation. Croyez bien que Madame Berra est très sensible à ma situation. Elle m’informe que le décret n° 2010-251 du 11 mars 2010 relatif à l’indemnisation des Victimes de préjudice résultant de contamination par le virus l’immunodéficience humaine humaine ou par le virus de l’Hépatite C causées par une transfusion de produits sanguin ou une injection de médicaments dérivés du sang paru au journal officiel n° 0060 du 12 mars 2010, et que pour toute informations complémentaires, elle m’invite à contacter l’ONIAM au 08.10.600.160.

 Vraiment cette personne ne connais rien pour les Victimes contaminées avant 1999 ou alors au cabinet de Xavier Bertrand tous le monde sans fou… A chaque courrier que nous envoyons, que se soit, à la Présidence de la République ou au ministère de la Santé, je dis bien jamais, ils répondent franchement à la question° Peut-être que ces personnes là ont un autre langage. !si c’est celui à qui je pense, ceci ne nous étonnera pas.

J’en reviens à l’ONIAM, la question c’étais prenais vous en charge les Victimes contaminées avant 1999, à qui les dossiers médicaux ont été détruits par le Gouvernement socialiste et qu’il nous est impossible de déposer une plainte, et il y a la loi de Kouchner ministre délégué à la Santé qui sois disant renforce les droits du malade. Se posait en effet le problème des 600.000 Victimes contaminées par le virus de l’Hépatite C par transfusion, avant la mise en route du test de dépistage en 1990. Le gouvernement a finalement donné le feu vert… en excluant les Victimes passées de l’Hépatite C, d’où la grosse colère des Victimes. Malgré les belles promesses du ministre de la Santé M° Kouchner, nous nous retrouvons aujourd’hui avec une loi, et notamment son article 61, qui prévoit l’indemnisation des futures victimes, mais n’inclut pas les Victimes contaminées avant la promulgation de la loi, soit le plus grand nombre.

QUE DIT L’ARTICLE 61 ? .En cas de contestation relative à l’imputabilité d’une contamination par le virus de l’Hépatite C antérieure à la  date d’entrée en vigueur de la présente loi, le demandeur apporte des éléments qui laissent supposer que cette contamination a pour origine une transfusion de produit sanguins labiles ou une injection de produits dérivés du sang.

Que disait le Conseil d’ETAT LE 5 MARS 1988 , OU’IL S’EST PRONONCE SANS AMBIGUITE POUR L’INDEMNISATION PAR L’ETAT DES PERSONNES CONTAMINEES PAR LE VIRUS DE l’HEPATITE C.

Que disait Jospin le mardi 17 avril 2001. Es-bien que l’ETAT A DECIDER D’INDEMNISER LES VICTIMES DE L’HEPATITE C

Pour les milliers de Français accidentés de la médecine, au premier rang desquels figurent les victimes de l’HEPATITE C, que c’est bientôt la fin de l’indifférence. Voir le journal les Echos du mardi 17 avril 2001.

Vous voyer biens que tous ses ministres sont bons à mettre au rebut, que se sont des menteurs, depuis des années ils vous mentent pour garder leurs places, pour eux se qui compte c’est leurs portefeuille bien rempli et surtout garder la notoriété, se privilège qui ont pus avoir depuis des années, et nous petit peuple les manants, les gueux nous sommes la pour travailler encore plus et pour les élections. Est naturellement quand il y a un génocide, des assassins du gouvernement de gauche comme de droite, es-bien la il n’y a pas de responsables, ces messieurs peuvent se raser le matin, faire la fête au frais du contribuable, voyager encore au frais du contribuable ex..ex.

Vous voyer comment  il est possible de voir les choses dans la réalité, sans se mentir, quand nous nous sentons partir, fatigué enfin être à la fin, es bien c’est se qui m’arrive depuis quelque jours, mais je continuerais à dire la vérité que j’ai vécu depuis 1990.

Suite au changement de mon abonnement internet voici mon nouveau numéro de téléphone. 09.54.98.93.74. et un clin d’œil pour les Victimes qui me téléphones et m’encourage. Encore merci.

M° Gaudry Christian.    Gaudry.christian

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 17:00

 

Dimanche 22 mai 2011. : Bonjour,

Le mépris du Socialiste en 2000, pour les Victimes du génocide NON A. NON B Contaminé avant 1990, appeler Hépatite C  FIN 1990. Une lettre de Madame la Députée du Var : Odette Casanova, à la Secrétaire d’Etat à la Santé Dominique Gillot

Toulon, le  30 mars 2000.

Monsieur le Délégué Régional,

A la suite de mon intervention auprès du Gouvernement, du 16 février dernier, j’ai l’honneur de vous adresser copie de la réponse que Madame Dominique Gillot, Secrétaire d'Etat à la santé et à l’action sociale, a bien voulu me donner le 23 mars courant.

Je reste bien entendu à votre disposition pour toute demande complémentaire et demeurerai vigilante quand aux initiatives que le Gouvernement entend prendre, notamment dans le domaine législatif, à l’égard des modalités de prise en charge des personnes contaminées par le virus de l’hépatite C.

Dans cette attente, veuillez agréer, Monsieur le Délégué Régional, l’expression de mes meilleures salutations.

                                                                  Odette CASANOVA.

Réponse de la Secrétaire d’Etat à la Santé Madame Dominique Gillot, à Madame la Députée Odette Casanova. Le 29 mars 2000.

Madame la Députée,

Vous avez appelé mon attention sur les modalités de prise en charge des personnes contaminées par le virus de l’hépatite C et la mise en place de campagnes d’information adaptées.

Sur ce point, je vous précise que dans le cadre du programme national de lutte contre l’hépatite C décidé par le Gouvernement en janvier 1999, une information cibler a été mise en place au niveau national, afin de favoriser le dépistage. Une campagne sera lancée très prochainement et prendra la forme d’affichettes encartées dans deux titres de la presse médicale et destinées à être largement apposées dans les salles d’attente des médecins.

Par ailleurs, fin 1999, a été créé un numéro vert national (Hépatite Info Services) au 800 845 800, numéro destiné à jouer un rôle important dans l’information sur le VHC et dans l’incitation au dépistage.

S’agissant de la prise en charge sociale des malades, la législation prend d’ores et déjà en compte la situation des personnes dans l’impossibilité d’exercer une activité professionnelle pour des raisons de santé. A cet égard, les Victimes du virus de l’Hépatite C ne fond pas l’objet d’une discrimination particulière, mais entrent dans le cadre général de la législation de droit commun.

Selon le cas, il leur appartient de demander l’attribution d’une pension d’invalidité ou de l’allocation aux adultes handicapés. Des voies de recours sont prévues en matière de litiges liés à l’appréciation médicale de l’état de santé et sont mentionnées sur les notifications des décisions adressées aux intéressés.

Par ailleurs, les frais de traitements des malades chroniques actives du foie et les cirrhoses sont pris en charge à 100%. A ce titre, les malades atteints d’Hépatite C peuvent donc être exonérés de leur participation aux frais de soins, sur décision du contrôle médical de l’organisme de sécurité social. Dans ce cas, également, tout refus peut faire l’objet d’un recours.

      1/ Enfin, en ce qui concerne l’indemnisation des personnes contaminées par le virus de l’Hépatite C, il est vrai qu'il n’existe pas à ce jour de fonds d’indemnisation. Ces personnes ne peuvent, à l’heure actuelle, obtenir réparation du préjudice subit qu'en s’adressant à l’établissement concerné pour obtenir une indemnisation à l’amiable, ou en engageant une action en responsabilité à l’encontre de l’établissement leur ayant dispensé les soins ou le produit qu’elles estiment être à l’origine de leur contamination.

Je rappelle à ce sujet, qu'en application des dispositions de la loi n° 98-389 du 19 mai 1998 relative à la responsabilité du fait des produits défectueux, < le producteur est responsable du dommage causé par un défaut de son produit, qu'il soit ou non lié par un contrat avec la victime<.

 2/    Je suis bien consciente cependant de la difficulté d’accès à la réparation par ce moyen, du fait de la lourdeur de la procédure qu'il faut engager. A la suite des rapports rendus par l’inspection Général des Affaires Sociales et par l’Inspection Générale des Services Judiciaires, le Gouvernement travaille sur la question de la responsabilité médicale et de l’assistance aux Victimes d’accidents médicaux, dans la perspective du projet de loi présenté prochainement devant le Parlement.

Espérant que ces précisions puissent répondre, du moins en partie, à vos préoccupations, je vous prie d’agréer, Madame la Députée, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

                                                                                                               Dominique Gillot.

En lisant le courrier de Gillot, nous voyons bien le cynisme de cette personne et du Gouvernement pour les Victimes du génocide et de ses Assassins, du Gouvernement et des directeurs de Centre de Transfusion Sanguine – Ce Gouvernement Socialiste, n’a jamais répondu aux vrais questions au sujet des dossiers médicaux disparus, ce qui en fait, que la majorité des VICTIMES CONTAMINEES AVANT 1999 NE PEUVENT PAS BENEFICIER D’UNE INDEMNISATION DE L’ETAT.

Voir aussi la responsabilité  des hôpitaux ou comme le raconte Claude Evin ancien Ministre de la Santé de 1989 à 1990 qu'il n’y avait pas de traçabilité de la transfusion sanguine en France, en tous les cas, de les retrouver de manière certaine. On pouvait en retrouver certains, oui, qui pouvaient avoir un dossier médical. Le dossier médical par exemple à l’époque même s’il était inscrit qu'il était obligatoire, les établissements de santé, les hôpitaux n’avaient pas organisé la traçabilité des dossiers médicaux. Voila autant de sujets si vous voulais sur lesquels on a évolué depuis 20 ans.

Raconté par Claude Evin à une émission de radio le 3 mai 2010 (la radio lemegalodon.net)

Alors la question : comment se fait t’il qu’avec cette information de preuve le Gouvernement l’U.M.P.ne veut pas revoir la question, es bien c’est que lui aussi ne désire pas indemniser les Victimes NON A NON B contaminées avant 1990, et que le Ministre de la Santé Xavier Bertrand  et le Gouvernement U.M.P. Sont aussi responsable et font parti de ses Assassins Socialiste de se Génocide.

Monsieur Gaudry. Christian.                      

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 06:40

                                                                                                                     

                                                                                              numérisation0038

numérisation0036numérisation0037

 

23,mai 2011.

Le combat d’une Association, pour faire reconnaître le Génocide et les Assassins de l’Hépatite C NON A NON B avant 1990.

Délégation Régionale du Var, Monsieur Gaudry Christian, les Argelas, la Planquette,83130  la Garde.

12 mars 2000.

Nous tenons à remercier la délégation du Var pour le courage de ses actions au cours des campagnes présidentielle et législative.

En effet, Monsieur Christian Gaudry, malgré sa très grande fatigue suite à son dernier traitement d’un ans,  a amené son équipe à coller des affiches sur tous les points de la Garde et des environs.

Cette action peut être organisée par toutes les personnes qui le désirent et pour celles qui seraient intéressées s’adresser à la délégation du Var.

                                                                                        

                                                                                            Le Vice Président, Secrétaire National, 

                                                                                            Cofondateur A.D.V.T.S.  Hépatite C.

                                                                                                           Guy DIEU.

  Christian Gaudry.                                                                    

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 10:35

 

Dimanche 22 mai 2011. : Bonjour,

Le mépris du Socialiste en 2000, pour les Victimes du génocide NON A. NON B Contaminé avant 1990, appeler Hépatite C  FIN 1990. Une lettre de Madame la Députée du Var : Odette Casanova, à la Secrétaire d’Etat à la Santé Dominique Gillot

Toulon, le  30 mars 2000.

Monsieur le Délégué Régional,

A la suite de mon intervention auprès du Gouvernement, du 16 février dernier, j’ai l’honneur de vous adresser copie de la réponse que Madame Dominique Gillot, Secrétaire d’Etat à la santé et à l’action sociale, a bien voulu me donner le 23 mars courant.

Je reste bien entendu à votre disposition pour toute demande complémentaire et demeurerai vigilante quand aux initiatives que le Gouvernement entend prendre, notamment dans le domaine législatif, à l’égard des modalités de prise en charge des personnes contaminées par le virus de l’hépatite C.

Dans cette attente, veuillez agréer, Monsieur le Délégué Régional, l’expression de mes meilleures salutations.

                                                                  Odette CASANOVA.

Réponse de la Secrétaire d’Etat à la Santé Madame Dominique Gillot, à Madame la Députée Odette Casanova. Le 29 mars 2000.

Madame la Députée,

Vous avez appelé mon attention sur les modalités de prise en charge des personnes contaminées par le virus de l’hépatite C et la mise en place de campagnes d’information adaptées.

Sur ce point, je vous précise que dans le cadre du programme national de lutte contre l’hépatite C décidé par le Gouvernement en janvier 1999, une information ciblée a été mise en place au niveau national, afin de favoriser le dépistage. Une campagne sera lancée très prochainement et prendra la forme d’affichettes encartées dans deux titres de la presse médicale et destinées à être largement apposées dans les salles d’attente des médecins.

Par ailleurs, fin 1999, a été créé un numéro vert national (Hépatite Info Services) au 800 845 800, numéro destiné à jouer un rôle important dans l’information sur le VHC et dans l’incitation au dépistage.

S’agissant de la prise en charge sociale des malades, la législation prend d’ores et déjà en compte la situation des personnes dans l’impossibilité d’exercer une activité professionnelle pour des raisons de santé. A cet égard, les Victimes du virus de l’Hépatite C ne fond pas l’objet d’une discrimination particulière, mais entrent dans le cadre général de la législation de droit commun.

Selon le cas, il leur appartient de demander l’attribution d’une pension d’invalidité ou de l’allocation aux adultes handicapés. Des voies de recours sont prévues en matière de litiges liés à l’appréciation médicale de l’état de santé et sont mentionnées sur les notifications des décisions adressées aux intéressés.

Par ailleurs, les frais de traitements des malades chroniques actives du foie et les cirrhoses sont pris en charge à 100%. A ce titre, les malades atteints d’Hépatite C peuvent donc être exonérés de leur participation aux frais de soins, sur décision du contrôle médical de l’organisme de sécurité social. Dans ce cas, également, tout refus peut faire l’objet d’un recours.

      1/ Enfin, en ce qui concerne l’indemnisation des personnes contaminées par le virus de l’Hépatite C, il est vrai qu’il n’existe pas à ce jour de fonds d’indemnisation. Ces personnes ne peuvent, à l’heure actuelle, obtenir réparation du préjudice subit qu’en s’adressant à l’établissement concerné pour obtenir une indemnisation à l’amiable, ou en engageant une action en responsabilité à l’encontre de l’établissement leur ayant dispensé les soins ou le produit qu’elles estiment être à l’origine de leur contamination.

Je rappelle à ce sujet, qu’en application des dispositions de la loi n° 98-389 du 19 mai 1998 relative à la responsabilité du fait des produits défectueux, < le producteur est responsable du dommage causé par un défaut de son produit, qu’il soit ou non lié par un contrat avec la victime<.

 2/    Je suis bien consciente cependant de la difficulté d’accès à la réparation par ce moyen, du fait de la lourdeur de la procédure qu’il faut engager. A la suite des rapports rendus par l’inspection Général des Affaires Sociales et par l’Inspection Générale des Services Judiciaires, le Gouvernement travaille sur la question de la responsabilité médicale et de l’assistance aux Victimes d’accidents médicaux, dans la perspective du projet de loi présenté prochainement devant le Parlement.

Espérant que ces précisions puissent répondre, du moins en partie, à vos préoccupations, je vous prie d’agréer, Madame la Députée, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

                                                                                                               Dominique Gillot.

En lisant le courrier de Gillot, nous voyons bien le cynisme de cette personne et du Gouvernement pour les Victimes du génocide et de ses Assassins, du Gouvernement et des directeurs de Centre de Transfusion Sanguine – Ce Gouvernement Socialiste, n’a jamais répondu aux vrais questions au sujet des dossiers médicaux disparus, ce qui en fait, que la majorité des VICTIMES CONTAMINEES AVANT 1999 NE PEUVENT PAS BENEFICIER D’UNE INDEMNISATION DE L’ETAT.

Voir aussi la responsabilité  des hôpitaux ou comme le raconte Claude Evin ancien Ministre de la Santé de 1989 à 1990 qu’il n’y avait pas de traçabilité de la transfusion sanguine en France, en tous les cas, de les retrouver de manière certaine. On pouvait en retrouver certains, oui, qui pouvaient avoir un dossier médical. Le dossier médical par exemple à l’époque même s’il était inscrit qu’il était obligatoire, les établissements de santé, les hôpitaux n’avaient pas organisé la traçabilité des dossiers médicaux. Voila autant de sujets si vous voulais sur lesquels on a évolué depuis 20 ans.

Raconté par Claude Evin à une émission de radio le 3 mai 2010 (la radio lemegalodon.net)

Alors la question : comment se fait t’il qu’avec cette information de preuve le Gouvernement l’U.M.P.ne veut pas revoir la question, es bien c’est que lui aussi ne désire pas indemniser les Victimes NON A NON B contaminées avant 1990, et que le Ministre de la Santé Xavier Bertrand  et le Gouvernement U.M.P. Sont aussi responsable et font parti de ses Assassins Socialiste de se Génocide.

Monsieur Gaudry. Christian.                                          

Repost 0
Gaudry Christian
commenter cet article

Présentation

  • : Christian.Gaudry
  • Christian.Gaudry
  • : brun, je donne de mon temps pour les autres,aimable,courtois,et je fais la cuisine, le repassage et le ménage. bisous..68 ans.
  • Contact

Recherche

Liens